LA NOYADE

 

DEFINITION

Arrêt respiratoire par inondation des voies aériennes pouvant entraîner la mort.

 

CONSEQUENCES

L’irruption d’un liquide dans les poumons a pour conséquences :

On peut distinguer 2 types de noyade :

a) La noyade primaire ou "noyade asphyxique"par inhalation de liquide.

b) La noyade secondaire ou la noyade est une conséquence d’une perte de connaissance ou d’une syncope primitive.

 

CAUSES

Noyade primaire

Dans le cas d’une perte de connaissance ou de syncope primitive, toutes les éventualités sont envisageables, néanmoins voici les causes les plus fréquentes rencontrées :

Perturbation de l’activité des organes digestifs

Déplacement de la masse sanguine vers la périphérie (réaction de défense à l’eau). Une vasodilatation importante et simultanée peut provoquer une syncope par effondrement de la tension artérielle.

Choc thermo-différentiel

Le sujet ayant une importante vasodilatation cutanée (exposition au soleil) compensée par une vasoconstriction musculaire, entre dans l’eau. Il se produit une vasoconstriction cutanée et une vasodilatation musculaire (réaction de la peau au froid).

Si un déphasage survient dans l'enchaînement des mécanismes de compensation circulatoire, il peut se produire une syncope dûe à la chute brutale de la tension artérielle. Le contact de l’eau froide sur la face favorise la syncope.

Chocs d’origine traumatique

Par exemple, une chute sur le bord d’une piscine.

Ces causes provoquent :

  • perte de conscience et descente au fond,
  • arrêt respiratoire et bradycardie,
  • reprise inspiratoire,
  • inhalation d’eau,
  • arrêt respiratoire, accélération cardiaque,
  • arrêt cardiaque.

Selon le temps passé entre la noyade et l’intervention des secours, on distingue les 3 cas suivants :

Trois états successifs

Mort apparente
  • plus de ventilation.
  • le coeur bat, mais la tension artérielle est faible.
  • Grave mais réversible.
Mort clinique
  • fibrillation cardiaque suivie d’un arrêt du coeur.
  • Très grave, réversible, mais séquelles neurologiques si l’arrêt circulatoire excède 3 minutes.
Mort réelle
  • arrêt cardiaque depuis plusieurs minutes
  • abaissement de la température centrale,
  • anoxie du tronc cérébral.
  • Irréversible sauf exception, mais séquelles.

NOYADES EN EAU DE MER ET EN EAU DOUCE

Les désordres biochimiques causés par l’inondation pulmonaire sont différents selon qu’il s’agit d’eau de mer ou d’eau douce.

L’osmose

C’est un phénomène qui se produit lorsque 2 liquides de concentrations différentes sont mis en contact par l’intermédiaire d’une membrane osmotique (perméable).

Expérience : Une cuve séparée par une membrane osmotique ; à droite de l’eau douce, à gauche de l’eau salée. On remarque que le niveau droit baisse alors que le gauche monte.

On en déduit que l’eau va du milieu le moins concentré (eau douce, hypotonique) vers le plus concentré (eau salée, hypertonique) jusqu’à atteindre l’équilibre.

Dans notre cas, le sang est l’un des liquides, la membrane alvéolaire est une membrane osmotique et l’eau extérieure (de mer, ou douce) est l’autre liquide.

 

Concentrations en sel
Eau de mer : 30 à 35 g/l.
Eau douce : 0 g/l.
Sang : 9 g/l.
Noyade en eau de mer

L’eau étant hypertonique par rapport au sang, il va se produire un passage du sérum sanguin vers les alvéoles provoquant leur distension et un oedème pulmonaire important pouvant se manifester extérieurement par du spume. Intérieurement, on remarque une diminution de la masse sanguine.

Noyade en eau douce

L’eau étant hypotonique par rapport au sang, sa présence dans les alvéoles entraîne les phénomènes suivants :

CONDUITE A TENIR

Il faut en premier lieu, soustraire la victime à la cause soit, la sortir de l’eau :

Pour secourir, il est nécessaire de connaître les techniques de ranimation. Comme elles ne sont pas vues cette année, nous passons directement à la prévention.

PREVENTION

Comme d’habitude, mieux vaut prévenir la noyade qu’avoir à la secourir. Pour cela il faut :

attention aux facteurs à risques (essoufflement, narcose, panique).

 

CONCLUSION

Malheureusement, les conditions de noyade en plongée ne favorisent pas une intervention éclair, d’où peu de chance de s’en tirer.

Par conséquent, il est préférable de compter sur une prévention rigoureuse, une bonne préparation physique et psychique.

Bref faites gaffe !!!!

Retour au sommaire