LE FROID

Les échanges thermiques :

L’homme est homéotherme, Il maintient sa température centrale à un niveau constant et donc qu’il produit ce qu’il perd.

Production calorique de l’homme :

  • métabolisme de base : oxydation tissulaire O2 + énergie.
  • production moyenne 1600 à 1800 kcal/jour.
  • activité musculaire.
  • protection extérieure.

Déperdition calorique de l’homme :

  • cutanée (convection, conduction).
  • pulmonaire (respiration).
  • aliments froids ingérés.

Echanges par rayonnement ou radiation :

  • réchauffement par rayonnement (soleil, lampe U.V. ou infrarouge).

Echanges par conduction :

  • transmission calorique dans un corps solide (casserole d’eau).

Echanges par convection :

  • transmission calorique entre les molécules d’un corps gazeux ou liquide (chauffage par convection)

Echanges par évaporation :

  • l’évaporation consomme des calories (ex : linge mouillé autour d’un pot d’eau ; l’eau du linge s’évapore, l’eau du pot refroidit)

Equilibre chez l’homme nu :

  • air à 25°C
  • eau à 33-34°C
  • température du corps : 37°C
  • température cutanée : 33 à 34°C
  • Le corps se refroidit 25 fois plus vite dans l’eau que dans l’air.

Hypothermie : mécanisme de défense

Symptômes
Réaction
  • attaque du froid, frissons,
  • vasodilatation périphérique,
  • travail musculaire spontané (tremblements),
  • chair de poule,
  • vasodilatation périphérique,
  • la peau se durcit, les poils se redressent,
  • augmentation du rythme respiratoire,
  • consommation d’O2 accrue, circulation accrue,
  • envie d’uriner,
  • hémo-concentration (abandon de l’eau du sang),
  • abandon des extrémités,
  • épuisement du métabolisme de base, circulation limitée aux organes vitaux,
  • crampes.
  • stock en train de s’épuiser.
  • augmentation du rythme respiratoire,
  • surconsommation d’O2 pour accélérer l’oxydation tissulaire,
  • frissons profonds,
  • début de l’atteinte profonde du froid,
  • état de torpeur,
  • début de l’hypothermie, thermorégulation défaillante.
  • perte de connaissance,
  • survient entre 31°C et 29°C
  • ralentissement des rythmes respiratoire et cardiaque
  • au dessous de 30°C, le métabolisme est considérablement ralenti. Ceci a pour conséquence une bradycardie et une hypovolémie (ralentissement du coeur et diminution de la masse sanguine),
  • mort.
  • elle survient vers 25°C.

Conduite à tenir

le réchauffement doit être progressif (penser à une main froide plongée brutalement dans l’eau chaude).

Prévention

Conclusion

L’attaque du froid est très insidieuse, on essaye toujours de résister par crainte de gêner les autres membres de la palanquée ou bien par "gloriole". Néanmoins outre le fait que c’est très désagréable, c’est extrêmement dangereux.

Il faut donc TOUJOURS signaler le froid.

Pour mémoire, voici les épaisseurs moyennes de combinaison néoprène humide à utiliser :

eaux tropicales entre 25°C et 30°C

ép. : 3 mm ou Licra ou bas de combine.

Méditerranée ou Atlantique l’été

ép. : 5 à 7 mm

Méditerranée ou Atlantique l’automne et début hiver

ép. : 7 mm

plongées mer en hiver

ép. : 7-8 mm, semi-étanche, vêtement sec.

plongées carrières

idem ci-dessus.

Il est évident que la résistance de chacun, la qualité de la combinaison, et la température de l’eau influent beaucoup sur l’épaisseur de vêtement.

Retour au sommaire